28. Point de convergence où se retrouve toute la marche du gouvernement divin

– C’est donc autour du berceau de l’enfant, parmi les hommes, que nous voyons éclater, comme dans leur centre, toutes les suavités du gouvernement de Dieu dans le monde ?

– Oui, c’est autour du berceau de l’enfant, parmi les hommes, que nous voyons éclater, comme dans leur centre, toutes les suavités du gouvernement de Dieu dans le monde ; car tout, dans le monde, est ordonné au bien de cet enfant : le père et la mère qui l’entourent, toute la nature qui le fait vivre, les anges qui l’assistent, et Dieu qui le destine à la gloire de son ciel.

– Y a-t-il eu un berceau ou une naissance d’enfant parmi les hommes sur lesquels aient éclaté d’une façon incomparable toutes les splendeurs du gouvernement de Dieu dans le monde ?

– Oui, c’est sur le berceau et sur la naissance de l’enfant, qui nous apparaîtra bientôt comme la voie ou le chemin du retour de l’homme vers Dieu (q. 119, a. 2, ad 4).

– Et que vit-on en effet à la naissance de cet Enfant ?

– L’on vit, à la naissance de cet Enfant, une conception due à l’action toute surnaturelle de l’Esprit-Saint, une mère demeurée vierge, des rois et mages conduits par une étoile et une multitude d’esprits célestes louant Dieu et disant : Gloire à Dieu dans les hauteurs ; et, sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté.

– Comment s’appelle cet enfant de bénédiction ?

– Il n’est autre que l’Emmanuel ou Dieu avec nous, et il s’appelle : Jésus.