RENCONTRE SECRÈTE DE MEL GIBSON

AVEC LA VOYANTE DE FATIMA.

L’Acteur Mel Gibson a participé à une rencontre secrète avec une des célèbres voyantes de Fatima, Sœur Lucie du Portugal.

Sœur Lucie, maintenant âgée de 98 ans, est une religieuse cloîtrée qui lorsqu’elle était enfant, vit et parla avec la Vierge Marie à Fatima au Portugal en 1917.

Ses visions et celles des ses deux amis d’enfance, tous deux étant décédés, étaient à la fois prophétiques et apocalyptiques.

Richard Salbato, stationné à Fatima pour « Unity Publishing » a récemment déclaré dans un rapport en ligne qu’après que les religieuses eurent manifesté le désir de visionner privément le film « La Passion du Christ », Gibson a non seulement accepté le visionnement, mais l’acteur s’est déplacé à Coimbra au Portugal pour introduire personnellement le film à Sœur Lucie et ses Sœurs.

Durant l’Avent 2004, les sœurs au couvent de Coimbra où sœur Lucie habite, désiraient voir le film comme aide préparatoire au Vendredi Saint et pour Pâque.

Incapable de quitter le couvent ou d’avoir des rencontres directes avec les étrangers dû aux règles sévères Carmélitaines auxquelles sont soumises les sœurs cloîtrées, et ne jouissant pas de l’utilisation moderne d’un lecteur DVD, elles ont tenté de joindre Mel Gibson, le directeur de « Icon Productions » pour de l’aide.

Selon « Unity » le message fut envoyé du couvent pour prendre contact avec Icon ou Gibson afin d’obtenir un DVD pour le couvent.

Merci à une fille de Porto au Portugal, Luciana Regadas, qui connaissait un travailleur bénévole, Lourdes Gutierrez des Productions Icon et Mel Gibson, ce contact fut établi.
Gutierrez a été impliqué dans le film d’une manière bénévole pour faciliter deux montages dans la région de Miami, Floride.

Selon « Unity », « Mel Gibson s’était rendu à Fatima en septembre 2003 pour demander à Notre-Dame de l’aide pour son film et plus tard, Mim Caviezel (l’acteur qui a personnifié le Christ) vint montrer le film aux institutions religieuses afin de connaître leurs opinions sur ce sujet. Il s’est même rendu au couvent de Coimbre pour présenter le film, mais l’accès lui fut refusé parce qu’il a insisté pour le faire derrière la clôture, ce qui n’est pas permis. »


Lourdes Gutierrez rappelle qu’après « quatre-vingt-douze » courriels aller/retour ainsi que plusieurs appels téléphoniques, un arrangement fut conclu pour présenter le film aux religieuses. C’était difficile parcequ’il n’y avait pas de DVD à ce stade et que seuls des rubans de 1 pouce étaient disponibles, ce qui nécessite des caméras spéciales et de grands écrans extensibles.

« Nous avons même obtenu la permission pour Mel Gibson de rencontrer sœur Lucie dans une rencontre privée, mais comme Mel Gibson aurait pu être accusé d’utiliser sœur Lucie pour faire la promotion de son film, lui, Mel Gibson et non pas le couvent, a insisté qu’une telle visite se déroule dans le plus grand secret.

« À la fin, seul le Père Condor, le couvent et les membres de l’équipe technique des Productions Icon connaissaient la date de la présentation. Nous connaissions le mois, mais c’était tout. Il a sans doute coûté de dix à vingt milles dollars à Mel Gibson pour présenter ce film au couvent parce que cela nécessitait une équipe complète de caméraman.

« Mel Gibson vint plus tard au Portugal faire la promotion de la version portugaise et faire un saut jusqu’au couvent sans que personne ne le sache et rencontrer sœur Lucie. On nous dit alors de ne pas imprimer ceci ou de ne le dire à personne au couvent à moins que Mel Gibson n’en donne la permission. La nouvelle n’apparut qu’une fois que le film eut pris son envol dans les théâtres et que les DVD eurent atteint les boutiques. »


Mel Gibson a visité sœur Lucie de Fatima au Carmel en juillet dernier. Il était accompagné de sa femme Robin Moore et le Père Luis Condor.

Selon sœur Céline, la Mère Supérieure du Couvent, l’acteur et sa femme sont des personnes merveilleuses et très humbles.

« Il est très expressif et une personne qui sait facilement se faire aimer, et il a répondu à toutes nos questions au sujet du film. Quelques questions furent posées par sœur Lucie qui a assisté à la rencontre d’une durée d’environ une heure. Elle fut toujours très alerte, suivant la conversation » a-t-elle raconté à « Unity ».

Selon « Unity », ce que les sœurs ou sœur Lucie ont dit au sujet du film est inconnu et peut ne jamais être connu parce que toutes déclarations de sœur Lucie ou à ce propos, toutes déclarations de religieuse carmélite partout dans le monde sont toujours envoyées à l’évêque ou au Saint Père d’abord.

Dû à son pouvoir d’influence, sœur Lucie doit être très prudente dans ce qu’elle dit publiquement, puisqu’elle est une des détentrices du soi-disant « Troisième Secret de Fatima. »

Étant enfant, sœur Lucie et ses amis Jacinthe et François virent la Vierge Marie dans une série d’apparitions.

Durant qu’ils jouaient dans un champ à l’extérieur du village de Fatima durant la Première Guerre Mondiale, ils virent un lumière très brillante au sommet d’un arbuste toujours vert. La lumière s’est révélée être la Vierge Marie, qui a demandé qu’ils viennent le 13 de chaque mois pour les prochains six mois, pendant lesquels elle leur dirait qui elle est et ce qu’elle désire.

Durant les apparitions, la Vierge Marie révéla quelques prophéties, disant aux enfants qui l’homme ne cesse pas d’offenser Dieu, une seconde grande guerre commencerait sous le règne du Pape Pie XI. Vingt-deux ans plus tard, la Seconde Guerre Mondiale éclata en Europe.

La Vierge Marie a aussi averti que la Russie, à moins qu’elle ne se convertisse, causerait beaucoup de malheurs de par le monde. Ceci fut révélé avant l’avènement de l’Union Soviétique.

Marie a aussi confié aux filles le soi-disant Troisième Secret. Le Secret devait être lu par le pape en fonction en 1960 et alors publié. Comme il est arrivé, le Pape Jean XXIII était le pape en place à cette époque qui a lu le secret et a décidé de ne pas en révéler le contenu.

Le contenu du Troisième Secret fut partagé par les successeurs de Jean XXIII. En juin 2000, le Pape Jean-Paul II a révélé le Troisième Secret.

Le message, comme rappelé par sœur Lucie, annonçait des malheurs pour le monde et des persécutions pour l’Église Catholique, incluant l’attentat contre le pape.

Quelques représentants de l’Église croient que l’attentat de Jean-Paul II en 1982 était un accomplissement de la prophétie, tandis que d’autres croient qu’il n’a pas encore été réalisé. D’autres se demandent si tous les détails du Troisième Secret ont été révélés.

Au Pape Jean-Paul II à qui on demandait en 1980 pourquoi le Troisième Secret n’avait pas encore été révélé, celui-ci a répondu à une assistance allemande : « À cause de la gravité de son contenu, de façon à ne pas encourager la puissance mondiale du communisme à perpétrer certains attentats, mes Prédécesseurs dans la Chaire de Pierre ont préféré diplomatiquement retarder son dévoilement.

« D’un autre côté, il devrait être suffisant pour tous les Chrétiens de retenir ceci fermement : s’il y a un message dans lequel il est dit que les océans inonderont des parties entières de la terre; que, d’un moment à l’autre des millions de personnes périront… il n’y a plus nécessité aucune à désirer vraiment publier ce message secret. »

Plusieurs désirent connaître seulement par curiosité, ou à cause de leur goût pour le sensationalisme, mais ils oublient que « savoir » implique pour eux une responsabilité. Il est dangereux de vouloir simplement satisfaire sa curiosité si on est convaincu que nous ne pouvons rien contre une catastrophe qui a été prédite. »

À ce moment, le Saint Père montra son Rosaire et dit : « Voici le remède contre de démon! Priez, priez et ne demandez rien d’autre. Mettez tout dans les mains de la Mère de Dieu! »

Jean-Paul II a continué : « Nous devons être prêts à subir de grandes épreuves dans un avenir pas trop éloigné; des épreuves qui requerront de nous de donner peut-être même nos vies, et un don total de soi au Christ et pour le Christ.

« Par vos prières et les miennes, il est possible d’alléger cette tribulation, mais il n’est plus possible de l’éviter parce que ce n’est que de cette façon que l’Église peut effectivement être renouvelée. Combien de fois en effet le renouvellement de l’Église n’a-t-il pas été effectué dans le sang? Cette fois encore, il n’en sera pas autrement.

« Nous devons être forts, nous devons nous préparer, nous devons nous confier au Christ et à Sa Sainte Mère, et nous devons être attentifs, très attentifs, à la prière du Rosaire. »