Le cordon

 

Le cordon, cingulum, " ceinture ", vient du verbe cingere qui signifie " ceindre ", " entourer ".

C'est une tresse de faible diamètre, de fil ou de soie, dont les deux extrémités sont terminées par des glands. Il mesure environ trois mètres. Il est ordinairement blanc, mais peut être de la couleur des ornements.

Le cordon sert à remédier à l'incommodité de l'ampleur de l'aube.

Le cingulum n'était plus porté au IVe siècle que par les travailleurs et les huissiers. Autrefois, aller sans ceinture était une marque de négligence, voire de libertinage: d'où l'adjectif " dissolu ", sans lien, sans ceinture, dépravé. C'est sans doute l'usage des moines, favorisé par quelques versets du nouveau Testament, qui nous a valu son passage dans la liturgie.

Les Anciens portaient une ceinture de cuir ou d'étoffe rehaussée de décorations tissées ou brodées: de tels ornements sont aujourd'hui proscrits. Il semble que la ceinture large à pans des séculiers portée sur la soutane, le cordon à trois nuds des religieux porté sur l'habit et le cordon liturgique aient même origine et même signification.

A partir du IXe siècle, le cordon devient obligatoire avec l'aube, dont il est le complément.

La prière récitée par le prêtre en le mettant est la suivante

" Ceignez-moi, Seigneur, de la ceinture de pureté, et éteignez dans mes reins l'ardeur des passions ; afin que la vertu de continence et de chasteté demeure en moi. "

L'évêque, quant à lui, récite la prière suivante

" Ceignez-moi, Seigneur, du cordon de la foi, et mes reins de la vertu de chasteté, et éteignez en eux le bouillonnement de la sensualité, afin que définitivement demeure en moi la vigueur d'une totale chasteté. "

Le symbolisme du cordon est donc évident : avoir les reins ceints pour conserver dans la vigilance la chasteté que symbolise l'aube.

" Nous ceignons nos reins lorsque nous réprimons les convoitises de la chair par la continence ", dit saint Grégoire.

Le prêtre doit être chaste parce qu'il tient dans ses mains le corps sacré du Seigneur, mais aussi parce qu'il identifie son corps à celui du Seigneur lors de la consécration : " Ceci est mon corps. "

Le prêtre doit être chaste puisqu'il lui est demandé tout spécialement d'avoir " les reins ceints et le flambeau à la main " (Le 12, 35) pour attendre et recevoir le Seigneur, et être à même de le servir dans la fidélité. Depuis le premier péché et le règne de la concupiscence, la chasteté est un combat : " Nous portons ce trésor dans des vases de terre " (2 Co 4, 7), et la ceinture est le premier vêtement que portèrent Adam et Ève (Gn 3, 7).

Dans la région lombaire se concentre la vigueur de l'homme. Pour servir Dieu, le chrétien est exhorté à se battre " avec la vérité pour ceinture, la justice pour cuirasse " (Ep 6, 14). Et saint Pierre de conclure: " Ceignez les reins de votre esprit, soyez vigilants " (1 P 1, 13).

Dans les reins se font sentir et se forment les desseins cachés, s'allument les passions violentes. Ordinairement associés au cur, les reins désignent une région qui échappe au regard de l'homme et où croissent ses pensées secrètes et mauvaises. Seul " Dieu sonde les reins et les curs " (Ps 7, 10 ; Jr 11, 20), car Dieu seul sait ce qu'il y a dans l'homme (Jn, 2, 25) et seul il pénètre au plus profond de son être. Dieu entend les paroles, mais il est aussi " témoin des reins et surveillant des curs " (Sg 1, 6). Aussi la liturgie fait-elle prier dans un même esprit

" Brûlez, Seigneur, nos reins et nos curs au feu de l'Esprit Saint, afin que nous vous servions dans un corps chaste et que nous puissions vous plaire par la pureté de notre cur " (oraison des litanies des saints).

Les deux glands du cordon sont le jeûne et la prière, par lesquels seuls peuvent être chassés le démon de la concupiscence et les tentations qu'il induit (Mc 9, 28).

La ceinture, dans la sainte Ecriture, est aussi symbole de puissance, de force et de justice.

Le cordon symbolise aussi la corde avec laquelle on attacha Notre-Seigneur à la colonne lors de la flagellation. Il symbolise encore les verges avec lesquelles il fut frappé.